Diminuer le stress et donner plus de sens aux fêtes

Les fêtes peuvent être un moment merveilleux - parfois même, avec un peu de chance, le moment le plus merveilleux de l’année. Tout moment où l’on nous donne l’occasion d’être plus attentionnés envers les autres, de nous rassembler avec nos proches et d’être reconnaissants pour tout ce que nous avons est un cadeau extraordinaire.

Comme chaque année, la période des fêtes est incroyablement complexe. Nous ressentons l’obligation de dépenser afin d’offrir des cadeaux importants pour illustrer tout notre amour. Nous sommes invités à célébrer en consommant le plus possible. Si nous ne faisons pas attention, nous pouvons rapidement avoir l’impression que quelque chose ne tourne pas rond chez nous si nous n’avons pas planifié les moindres détails, si nous ne sommes pas continuellement heureux et si nous n’avons pas les finances nécessaires pour exaucer tous les vœux.

Le sentiment d’échec peut avoir d’importantes répercussions sur nous tout au long de l’année, mais en décembre, nous pouvons avoir l’impression qu’en plus de nous laisser tomber nous-mêmes, nous laissons aussi tomber nos familles, nos amis et l’idéal même des fêtes. Cela fait beaucoup de choses avec lesquelles nous devons composer.

Plusieurs se mettent alors en mode survie — souriez et vous vous sentirez mieux, ayez l’air heureux, serrez les dents et endurez en silence, etc. Toute personne ayant déjà avalé d’un trait un verre de lait de poule (bien arrosé) dans la salle de bain avant d’afficher un beau sourire pour retourner au combat sait exactement ce dont il est question. Cela ne fonctionne pas.

Le fait de se forcer à se sentir heureux nous rend plus misérables; c’est une contradiction à la fois intéressante et soutenue par des études. Il est également bien établi que de nombreuses personnes ont tendance à se sentir plus déprimées durant le temps des fêtes.

Le tourbillon de la planification, de la célébration et de la récupération qui ne semble jamais vouloir finir regorge d’éléments déclencheurs. Il est facile de se laisser aller à faire les choses qui devraient, selon ce qu’on nous dit, nous rendre heureux, au lieu d’accomplir ce qui nous rend réellement heureux.

Vous pouvez communiquer à ceux qui vous entourent le vrai esprit de fêtes en faisant preuve d’une sensibilité accrue, d’une plus grande prise de conscience et, surtout, de compassion envers vous-mêmes quand les choses se corsent.

1. Vous avez le droit à l’imperfection

La perfection n’existe pas. Le bonheur perpétuel non plus. Nous le savons d’instinct, mais quand la pression des fêtes se fait sentir, nous pouvons facilement l’oublier.

Vous avez beau essayer de contrôler chaque menu détail de ce que vous planifiez, quelque chose finira bien par vous échapper : les enfants qui se chamaillent, la farce qui brûle ou le chat qui vomit sur les nouvelles pantoufles de grand-mère. C’est la vie. Et malgré toutes nos bonnes volontées, les aléas de la vie ne prennent pas subitement congé le 1er décembre.

Le mauvais côté de cette quête de la perfection est qu’elle réduit votre capacité à profiter des réels moments de bonheur. Quel dommage de penser qu’une personne qui tient absolument à ce que tout se déroule sans problème non seulement verra encore plus de problèmes, mais ratera aussi les vrais beaux moments qu’elle mérite de vivre pleinement.

Le fait de simplement reconnaître que rien ne sera parfait est la première étape. Les émotions ont de multiples facettes. En fait, nous pouvons nous sentir plus heureux parce que nous ressentons de la tristesse, et non pas malgré celle-ci. En vous affranchissant de vos tendances perfectionnistes, vous découvrirez, étonnamment, que les situations qui vous donnaient du fil à retordre peuvent vous sembler meilleures, voire plus proches de la perfection, qu’auparavant.

2. Rappelez-vous que vous avez le droit de ressentir de l’anxiété

Une des méthodes les plus éprouvées pour réduire l’anxiété consiste simplement à prendre un instant pour reconnaître que a) vous ressentez de l’anxiété à cet instant précis et que b) c’est parfaitement acceptable. Nous pouvons facilement nous laisser aspirer dans un tourbillon de planification et d’activités. Tout le monde peut profiter d’une pause de quelques secondes pour s’arrêter, respirer et accepter que ce que l’on ressent à cet instant précis est valide et bien réel.

3. N’oubliez pas que les autres ne voient pas nécessairement les fêtes de la même manière que vous

Puisque nous avons développé un idéal commun de ce que les fêtes doivent être et nous faire ressentir, il est encore plus facile pour nous de peindre le tableau de fêtes des mêmes teintes de rouge et de vert. Même si nous pouvons penser que l’un des meilleurs aspects du temps des fêtes est la possibilité de se rapprocher les uns des autres, cela ne change toutefois rien au fait que nous sommes tous des personnes complexes.

Ce que nous avons vécu durant les fêtes dans notre passé nous rend plus, et non moins enclins à nous sentir différents — voire étranges — durant cette période de l’année. Nos circonstances personnelles peuvent nous amener à réagir en fonction de sentiments que certaines personnes pourraient ne pas saisir immédiatement. En réalité, cette période est propice à tenter de comprendre l’expérience qu’ont les autres des fêtes, pour le meilleur comme pour le pire. L’avantage est que cela nous donne l’occasion d’être un hôte, ami ou partenaire véritablement attentionné, car nous ouvrons notre esprit et prenons le temps de modifier nos attentes pour faire place aux besoins d’une autre personne.

Les congés, ce ne sont pas nécessairement des congés pour tout le monde. Pour les gens qui travaillent à temps plein (ou qui font plutôt des heures supplémentaires, parce qu’ils travaillent toute la journée, tous les jours) à domicile, les fêtes ajoutent un nombre important de tâches à accomplir et d’heures de travail pour tout faire. Ajoutez à cela la pression généralement appliquée sur les travailleurs à domicile pour qu’ils s’assurent que tout soit parfait ainsi que la reconnaissance qu’ils ne reçoivent habituellement pas pour ce qu’ils accomplissent le reste de l’année, et le surmenage semble inévitable. Nous pouvons contrebalancer une partie de cette pression en reconnaissant que nous leur ajoutons une charge de travail supplémentaire, en leur offrant une plus grande aide et en vérifiant souvent comment les principaux fournisseurs de soin composent avec le stress additionnel.

Faire son deuil durant les fêtes. Les fêtes sont particulièrement difficiles pour les personnes qui ont perdu un proche, surtout s’il s’agit de la première période des fêtes depuis le décès ou si celui-ci est survenu très récemment. Le deuil est une chose très difficile à vivre, quel que soit le moment de l’année, mais encore plus durant les fêtes. Que vous soyez vous-même endeuillé ou prévoyez passer les fêtes en compagnie d’une personne endeuillée et désirez la soutenir, il existe quelques façons, appuyées par la recherche, d’aborder les fêtes de manière à réconforter (et espérons-le, égayer) ceux et celles qui ont de bonnes raisons de trouver les fêtes plus difficiles à célébrer que vous.

Les problèmes de santé mentale peuvent sembler plus difficiles à surmonter. Pour les personnes vivant avec un problème de santé mentale (et une fois qu’il a atteint l’âge de 40 ans, un Canadien sur deux aura vécu un problème de santé mentale à un certain point dans sa vie [en anglais seulement]), les fêtes peuvent donner l’impression d’un barrage de défis. Pour ces personnes, un peu de planification et de considération peuvent faire toute la différence. Si vous savez que vous devrez côtoyer un membre de votre famille avec lequel les relations sont tendues, il est important de se préparer en adoptant de nouvelles stratégies pour composer avec cette personne. Les fêtes de fin d’année sont extraordinairement centrées sur les repas et l’alcool. Pour les personnes aux prises avec une dépendance ou un trouble alimentaire, les éléments déclencheurs sont partout et peuvent sembler accablants. Des gestes simples, comme communiquer à l’avance avec ces personnes afin de savoir comment nous pouvons les aider à profiter de la soirée, peuvent être déterminants relativement à leur façon d’anticiper votre réception et, bien que vous vous sentiez un peu mal à l’aise au départ, ils peuvent illustrer à quel point leur confort et leur bien-être vous importent.

4. Participer à des activités qui correspondent à vos valeurs

Au fond, la plupart d’entre nous désirent plus de présence et moins de présents. Pendant la période des fêtes, la consommation passe à la vitesse supérieure. Tandis que bon nombre d’entre nous, surtout les jeunes, sommes de plus en plus connectés numériquement et exposés à la publicité, le contrecoup lié au Vendredi fou augmente, et de nombreux consommateurs en sont venus à se demander s’il en vaut la peine d’acheter des cadeaux pour démontrer leurs sentiments envers les personnes qu’ils aiment.

Il n’y a rien de mal à acheter des cadeaux, mais il est important de savoir pourquoi nous le faisons et si cela correspond à nos valeurs fondamentales. Il s’agit d’une occasion où la qualité avant la quantité indique fortement la valeur que vous accordez au fait de donner des cadeaux. Vous réjouissez-vous de pouvoir offrir un cadeau attentionné qui sera apprécié et utilisé? Êtes-vous plutôt coincé(e) dans un cycle où vous « devez » acheter de plus en plus de cadeaux parce que vous croyez que le nombre de boîtes sous le sapin équivaut à la quantité d’amour que vous éprouvez pour votre famille?

Les cadeaux eux-mêmes ne constituent pas une tradition. Pour la plupart des gens, c’est plutôt le rituel ou l’activité répétée qui satisfait leur besoin d’appartenance et de rassemblement, et non pas ce qui se cache sous le papier cadeau. Les traditions et leur signification profonde pour nos familles constituent la pierre d’assise des fêtes. Vous pourriez toutefois constater que vous vous retrouvez régulièrement à planifier des activités parce que c’est ce que vous avez toujours fait, et pas parce qu’elles signifient quelque chose de particulier pour vous ni parce qu’elles vous aident à vivre en fonction de vos valeurs.

La bonne nouvelle, c’est que toutes les traditions ont commencé par une première tentative; cela signifie que vous pouvez changer, quand bon vous semble, la façon dont vous et votre famille célébrez les fêtes de fin d’année. De nouvelles traditions qui nous encouragent à donner aux fêtes plus d’authenticité et de signification peuvent constituer un excellent antidote aux excès qui peuvent survenir au cours de cette période, tout en vous donnant une meilleure perspective et une pause bien méritée sur le plan de la santé mentale.

Prévoyez faire une activité de bienfaisance ensemble: Cela peut sembler tomber sous le sens. Évidemment, faire un don en argent (quelle que soit la période de l’année) à un organisme qui en vaut la peine est un beau geste, mais entreprendre un acte de dévouement ensemble, entre amis ou en famille, vous permettra de réellement comprendre à quel point le fait de faire passer les autres avant vous-même peut vous procurer un sentiment d’utilité et de valeur qu’aucun cadeau offert ne pourra reproduire. Mettez-vous à la recherche d’occasions de bénévolat pendant les fêtes et vous verrez rapidement quels sont les organismes valables qui ont besoin de votre aide.

Prévoyez le faire durant toute l’année: Les gens se sentent plus généreux durant les fêtes, et c’est très bien ainsi. Toutefois, les organismes auxquels vous venez en aide en décembre ont aussi besoin de votre soutien le reste de l’année. En fait, ils ont besoin de plus d’aide le reste de l’année. Engagez-vous dans une activité trimestrielle ou mensuelle et, bien que cela sonne très sirupeux, vous pourrez faire perdurer l’esprit des fêtes à longueur d’année.

Offrez des expériences avant des objets: Rendez les fêtes plus écologiques en songeant à offrir des cadeaux dont vos proches pourront vraiment se servir au lieu de les envoyer au dépotoir ou au recyclage. Offrez une activité que vous pourrez faire ensemble, et montrez à la personne que passer du temps ensemble vous tient à cœur, quel que soit le moment de l’année.

5. Voyez comment vous vous sentez une fois les fêtes terminées

Il est normal de vivre une pression accrue durant les fêtes. Le stress chronique est dangereux, et en plus de se manifester par des troubles psychologiques, il peut aussi avoir des répercussions très néfastes sur votre santé physique. Programmez un rappel afin de vérifier votre état d’esprit une fois le mois de janvier arrivé. Si vous vous sentez à nouveau vous-même, il est bien possible que le stress du temps des fêtes se soit évaporé.

Bien que ce soit une bonne chose d’être à l’écoute de ses sentiments et de vous rappeler que les mauvais moments finiront bien par passer, si vous vous retrouvez à vivre continuellement des moments difficiles, même après les fêtes, il est tout aussi important de savoir déterminer quand vous vivez un problème plus grave, auquel cas il serait probablement temps de parler à quelqu’un ou de demander de l’aide.



Jeremy Elder est un porte-parole payé pour Sonnet. 
Assurez-vous d’avoir la bonne assurance habitation et auto qui convient à vos besoins.