Shayne Corson discute des causes sociales, de l’inclusion et du rôle des sports

En tant que joueur de longue date, Shayne Corson a connu une prestigieuse carrière d’athlète professionnel et de militant pour la santé physique et mentale. Depuis sa retraite, Shayne a fait de sa mission d’encourager les gens à parler des problèmes de santé mentale qu’ils pourraient vivre — une cause qui lui est chère, puisqu’il a admis souffrir d’anxiété et de crises d'angoisse, en plus de vivre avec une colite ulcéreuse. Malgré tout, face à l’adversité, Shayne demeure ouvert à discuter de la façon dont le hockey l’a aidé, tant physiquement que mentalement, et comment le hockey doit changer.

Nous avons eu l’occasion de discuter avec Shayne de sa carrière de hockey, de causes sociales et de sa perception que le sport peut devenir plus inclusif pour tous.

Pourquoi as-tu choisi le hockey? Qu’est-ce qui t’a attiré vers ce sport?

Comme un grand nombre d’enfants canadiens, j’ai regardé la soirée du hockey au Canada chaque samedi soir avec mon père. J’ai tout de suite aimé le hockey — la vitesse, le contact, mais surtout, l’aspect du travail d’équipe. 

Qu’est-ce que le monde du hockey peut faire pour être plus inclusif?

Il faut aborder le racisme systématique dans le monde du hockey et il faut une volonté de le dénoncer, dans tous les échelons. Il faut éduquer les gens à ce sujet; lorsque vous êtes plus avisé, vous avez l’occasion de vous améliorer. Je crois également qu’il doit y avoir plus de soutien financier pour les enfants qui en ont besoin — tous ceux qui veulent jouer devraient en avoir la chance. J’aimerais que le hockey devienne un sport plus diversifié. La représentation est essentielle.

Selon toi, quel rôle devrait jouer le sport dans la santé mentale?

Le rôle de la santé mentale dans les sports est un couteau à double tranchant. C’est génial d’aller faire de l’exercice et de tisser des liens avec ses coéquipiers, mais il y a beaucoup trop de pression exercée sur nos joueurs plus jeunes, provenant, malheureusement, des adultes dans leur vie. Au bout du compte, ce n’est qu’un jeu et il devrait être apprécié pour son conditionnement physique, sa maîtrise des aptitudes et sa camaraderie d'équipe. La pandémie a peut-être l’avantage de faire sortir les enfants pour jouer au hockey sur les patinoires extérieures pour le seul plaisir du jeu — loin des politiques et de la pression des ligues organisées.

Quelles sont les autres causes sociales qui comptent pour toi?

Je suis passionné de la santé mentale et je suis également ravi de participer à Hockey Helps the Homeless, une organisation qui sensibilise et soutient financièrement les sans-abri par l’éducation, les collectes de fonds et en s’associant à des agences de soutien aux sans-abri locales. Ceci m’a vraiment ouvert les yeux sur la façon dont la santé mentale non traitée et les problèmes de société ont des effets importants sur l’itinérance dans notre pays.

À ton avis, quelle est la plus grande réussite professionnelle jusqu’à maintenant?

Bien entendu, d'atteindre mon objectif et mon rêve de jouer dans la LNH. Cependant, c’est honnêtement d’être en mesure d’utiliser la plateforme que j’ai pour parler de mes défis et d’avoir l’occasion de parler à des gens, individuellement, et de leur dire qu’ils ne sont pas seuls dans leur situation difficile; il y a de l’aide disponible pour eux. Savoir que ceci a fait une différence dans quelques vies est la plus grande source de satisfaction et de signification dans ma vie.

 

Shayne Corson est un porte-parole payé de Sonnet.
Assurez-vous d’être couvert(e) par le meilleur programme d’assurance pour votre maison et votre auto.