Les présentations virtuelles : un art subtil

La transition de masse au télétravail a fait surgir la popularité des vidéoconférences comme méthode de communication. Nous sommes ainsi contraints à faire des présentations en utilisant nos équipements personnels dans des espaces qui n’étaient pas prévus pour ce genre de contenu. Voici quelques conseils pour offrir la meilleure expérience possible à votre auditoire.

La prestance

Pour commencer, si votre application de vidéoconférence contient une option d’enregistrement, enregistrez un essai de pratique. Cela vous donnera la chance d’analyser l’expérience que vous donnerez à votre auditoire et servira d’élément de comparaison si vous faites des ajustements.

L’audio

Il n’est pas nécessaire d’être un ingénieur du son pour identifier des problèmes flagrants et de les corriger. Est-ce que votre volume est confortable pour l’oreille? Pouvez-vous gesticuler et vous déplacer sans capter le bruit ou compromettre la clarté de votre voix? Est-ce que le micro frotte sur votre linge? Est-ce qu’on a l’impression que vous vous retrouvez au fond d’un puits?

Il existe une panoplie de guides web sur l’achat et la configuration de différents types d’équipement audio selon vos besoins et votre budget (ou celui de votre employeur!). C’est un investissement qui en vaut amplement la peine, surtout si vous passez une bonne partie de votre temps en réunions.

Peu importe votre équipement, portez une attention particulière aux bruits de fond et éliminez ces distractions autant que possible. Plusieurs applications de vidéoconférence détectent ces bruits et appliquent des filtres audios pour les atténuer. Mais elles peuvent aussi soustraire des fréquences de votre propre voix au passage. Il est donc préférable d'éliminer les sources autant que possible.

La vidéo

Si votre caméra est active durant une présentation virtuelle, cela sera sans doute ce qui attirera l'œil des participants. Il est donc important d’analyser l'incidence de vos conditions d’enregistrement pour projeter l’impression désirée et éviter les distractions.

Veillez à l’angle de votre caméra par rapport à votre visage. J’assiste souvent à des présentations faites à partir d’ordinateurs portables posés sur un bureau, sans réaliser que l’angle bas donne un air menaçant ou dominateur et souvent peu flatteur. Il est recommandé de placer la caméra à la hauteur des yeux pour donner l’impression de discuter d’égal à égal.

Veillez aussi à la distance et à l’encadrement de votre corps dans la caméra. Les participants devraient être en mesure de voir clairement vos expressions faciales sans que votre tête soit coupée et sans explorer l’intérieur de vos narines. Si vous donnez votre présentation debout (chose que j’encourage fortement), ajustez l’encadrement pour que vos gestes soient visibles.

Pour ce qui est de la luminosité, vous aurez toujours un beau résultat si vous vous installez face à une fenêtre qui projette la lumière du jour. À défaut de cela, faites des expériences avec différentes sources lumineuses (idéalement diffuses avec des ampoules de couleurs froides). Les caméras viennent souvent avec la correction automatique des couleurs, mais quelques ajustements de vos lumières éviteront de vous donner l’apparence d’un cadavre ou d’un protagoniste de film noir.

Évitez d’utiliser les arrière-plans virtuels si votre décor le permet. Les artefactes aux bordures de votre silhouette et les parties du corps qui disparaissent sont souvent une grande source de distraction.

En revanche, choisissez votre espace de présentation pour minimiser les distractions dans votre décor. Les couleurs vives et variées, les amalgames de cadres-photos et les espaces de rangement débordants vont inévitablement attirer la curiosité.

Le contenu

Le plus gros défi des vidéoconférences est l’absence du langage corporel de notre public, surtout si les gens ont tendance à éteindre leur caméra durant ces réunions.

Il devient donc doublement important de bien structurer la présentation avec un thème central et un ordre du jour. Si vous ne connaissez pas votre public, c’est aussi une bonne idée de sonder les compétences pertinentes pour être en mesure de fournir un contexte additionnel selon les besoins.

Faites travailler votre capacité de synthèse en prenant une approche minimaliste quant au contenu de vos diapositives numériques. Les gens vous remercieront de leur épargner une lecture à voix haute de diapos surchargées.

De toute façon, l’absence de regards confus qui vous mettent la puce à l’oreille vous obligera à demander régulièrement s’il y a des questions. Il est donc préférable de faire un survol général à l'aide de votre présentation et d'adresser les détails pertinents sous forme de dialogue.

Profitez-en aussi pour ponctuer les différentes sections de votre présentation avec des questions dirigées au public. Cela vous permettra de veiller proactivement à leur participation, comme vous ne pourrez pas vous fier sur leur langage corporel.

Prendre le temps d’analyser les différents aspects de l’expérience audio, vidéo et le contenu de nos présentations n’est pas seulement une façon de contrôler l’impression que nous donnons aux gens. Cela démontre également un respect du temps et de l’énergie que les participants  nous dédient ainsi que la conviction que l’exercice apporte de la valeur à tous.

Adam Blahuta est directeur du développement au sein de l’équipe Visual Scripting d’Unity Technologies, fabricant du moteur de développement 3D en temps réel de classe mondiale Unity. Diplômé en informatique de l’Université McGill, M. Adam travaille dans l’industrie du jeu vidéo depuis 12 ans et dirige notamment son propre studio.

Adam Blahuta est un porte-parole payé pour Sonnet.
Les ingénieurs et d’autres professionnels peuvent économiser davantage avec un rabais exclusif de Sonnet.