L’artiste urbain INSA fait vivre l’optimisme au Festival MURAL
Sonnet utilise la technologie pour changer le statu quo dans une industrie traditionnelle et offrir une meilleure expérience client. De nombreuses industries en plus de celle de l’assurance s’adaptent aux besoins des utilisateurs en incorporant la technologie – notamment et étonnamment, l’art. (Vous devrez le voir pour le croire!)

Sonnet utilise la technologie pour changer le statu quo dans une industrie traditionnelle et offrir une meilleure expérience client. De nombreuses industries en plus de celle de l’assurance s’adaptent aux besoins des utilisateurs en incorporant la technologie – notamment et étonnamment, l’art. (Vous devrez le voir pour le croire!)

Pendant deux week-ends du mois de juin, nous avons observé l’intéressant mariage entre l’art et la technologie prendre vie lors du Festival MURAL, le festival d’art urbain le plus branché de Montréal. Notre propre murale a été créée par INSA, un artiste célèbre qui a conçu un « gif-iti » – sa spécialité – dans l’esprit de notre campagne sur l’optimisme.

Nous avons rencontré l’artiste INSA au festival pour discuter de l’intégration de la technologie dans son art et connaître sa vision de l’optimisme.

 

Comment avez-vous commencé à faire des graffitis? Quand avez-vous su que vous vouliez y consacrer l’œuvre de votre vie?

INSA : Lorsque j’avais 11 ans, ma mère m’a offert le livre Subway Art qui est comme une bible pour les artistes graffiteurs. Je me pratiquais à gribouiller et dessiner et à environ 13 ans, j’ai commencé à faire des graffitis dans les ruelles autour de Leeds, où j’ai grandi.

Au moment d’emménager à Londres, à la fin de mon adolescence, tous les aspects de ma vie tournaient autour des graffitis – je savais que j’en peindrais pour toujours.

Qu’est-ce qui vous a intéressé dans les « gif-iti »?

INSA : Après avoir beaucoup peint et voyagé, j’ai remarqué que l’art était vu et partagé en ligne, encore plus qu’en personne. Je consommais de l’art à l’aide de mon téléphone, en l’utilisant pour chercher des images d’expositions et j’ai su à un certain moment que je voulais créer des œuvres d’art qui vivraient encore mieux en ligne.

Utiliser la technologie pour améliorer une expérience, c’est ce que Sonnet accomplit pour l’industrie de l’assurance. À quoi ont ressemblé vos expériences avec les assurances?

INSA : : En vieillissant, je voyage beaucoup et j’ai aussi des enfants maintenant, alors je pense davantage à l’assurance. Je sens que j’ai plus de responsabilités, alors je n’ai pas le temps de remplir des tonnes de formulaires – je veux une expérience rapide et facile.

Sonnet représente une vérité humaine essentielle : l’optimisme. Comment avez-vous abordé votre travail portant sur l’optimisme dans la murale que vous avez créé pour le Festival MURAL?

INSA : Je voulais que la murale reflète que l’optimisme signifie qu’il y a toujours une nouvelle façon de faire. J’ai essayé de présenter cette essence comme une nouvelle saison – l’éclosion d’une fleur, une naissance, une nouvelle lune.

L’éclosion de la fleur représente la naissance; une nouvelle vie. Il y a ensuite la lune noire en rotation, qui rappelle elle aussi, une nouvelle vie. J’ai trois enfants et ils représentent mon optimisme.
Le monde qui tourne est un rappel de la connexion au temps qui passe. En vieillissant, je réfléchis davantage au temps et je réalise qu’ultimement, nous devrions apprécier le temps que nous avons. L’homme qui court montre que la vie et le temps ne s’arrêtent pas, nous avançons toujours. C’est un message simple d’invitation à la persévérance et à l’optimisme.

En tant qu’artiste, que cherchez-vous à garder à l’esprit lorsque vous travaillez avec l’art et la technologie?

INSA : Je crois qu’il est important de rester humain. Il serait facile pour moi de simplement créer mes œuvres entièrement en ligne – mais je crois que la murale peinte à la main est importante. L’art a besoin d’un élément humain.