Épuisement professionnel causes et solutions

Est-ce que ce scénario semble familier? C’est le milieu de l’hiver. Vous vous réveillez tôt, il fait noir et environ neuf heures plus tard, vous rentrez à la maison après un long trajet de retour, également dans le noir. Vous ramassez un repas vite fait en rentrant à la maison, lisez vos courriels afin de prendre de l’avance pour le lendemain avant de vous effondrer devant la télévision. Belle soirée!

En mai 2019, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que l’épuisement professionnel existe vraiment. Qualifié de « phénomène occupationnel », les symptômes comprennent le sentiment chronique de stress, la fatigue et le cynisme, mais peuvent également inclure des difficultés respiratoires, des douleurs gastro-intestinales, des maux de tête et de l’insomnie. Bien qu’il puisse toucher n’importe qui, n’importe quand, les victimes d’épuisement professionnel sont souvent des employés de haut rendement, qui font preuve de diligence et sur qui tout le monde peut compter pour accomplir le travail.

Dans le cadre d’un sondage canadien effectué en 2019 en milieu de travail par Accountemps (en anglais seulement), une agence de personnel, de 600 gestionnaires principaux, 96 % croyaient que leurs employés souffraient d’épuisement professionnel. Les entreprises peuvent prendre plusieurs mesures, notamment revoir les charges de travail, être plus flexible quant aux heures et aux lieux de travail et encourager les employés à prendre des pauses régulièrement, ailleurs qu’à leur bureau. Mais ultimement, nous avons la responsabilité de nous protéger contre ce fléau des temps modernes.

Toujours en ligne

Selon Statista(en anglais seulement), il y a plus de 30,6 millions d’utilisateurs de téléphones intelligents au Canada, comparativement à 25,7 millions en 2012. En 2020, ce nombre devrait atteindre 32,5 millions pour une population de près de 40 millions. Il va sans dire que la dépendance au téléphone intelligent est bien présente dans le pays. (Le Canada surpasse les États-Unis quant à l’utilisation des médias sociaux.) Dans un sondage de 2019 de l'Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI), 20 %des répondants admettent ne pas se débrancher plus de huit heures avant de retourner en ligne. Les trois quarts d’entre nous passent au moins trois à quatre heures en ligne tous les jours.

Le temps passé avec les yeux collés à un écran est appelé l’« économie d’attention » et il s’agit d’un facteur important du sentiment d’épuisement. Nous demeurons connectés en raison de la peur de manquer quelque chose, qu’il s’agisse d’une nouvelle, d’un message texte de notre patron ou d’un client, d’une photo d’un repas qu’un de nos amis a dégusté la semaine passée.

Notre attention fragmentée nuit à notre santé, notre créativité et notre rendement. De plus, malgré les heures de travail en hausse, selon un rapport du U.S. Bureau of Labour Statistics (en anglais seulement), le rendement des employés connaît une croissance plus lente que jamais.

Pression

Les « postes hybrides » sont une tendance de la main d’œuvre, une catégorie qui devrait connaître une croissance de 15 % au cours de la prochaine décennie. Aujourd’hui, un nombre grandissant d’affichages de postes demandent que les postulants aient une vaste gamme de compétences techniques et non techniques. Par exemple : des postes en marketing qui nécessitent une expertise en statistiques ou des postes en ingénierie qui demandent également des aptitudes de design. Cette tendance est due, en partie, à l’augmentation de l’automatisation des milieux de travail — il est plus difficile pour des robots d’exécuter des tâches à plusieurs niveaux. Néanmoins, la pression sur les travailleurs augmente, qu’ils doivent être excellents dans plusieurs domaines de compétences, souvent opposés, afin d'assurer leur employabilité.

Travail invisible

Le travail invisible est une autre façon sournoise qui nous mène au surmenage et les femmes y sont particulièrement susceptibles. Avoir le rôle du thérapeute ou diriger le courrier du cœur et écouter toutes les complaintes de vos collègues peut accaparer beaucoup de votre temps et de votre énergie. Le travail invisible comprend aussi la prise de notes pendant les réunions et la distribution, organiser les dîners et activités sociales, préparer les cartes et les cadeaux pour les anniversaires, les naissances et les maladies, et faire le ménage dans la cuisine. Ces types d’activités sont souvent effectuées par des femmes, car il s'agit d'une extension du travail qu’elles effectuent à la maison — et elles donnent rarement droit à des primes de rendement ou des promotions. Le travail invisible pourrait être une des raisons pour lesquelles les femmes souffrent plus souvent d’épuisement professionnel que les hommes (en anglais seulement).

Étoile montante

Être un employé étoile est souvent la première étape de l’épuisement professionnel. Les employés de haut rendement sont susceptibles de prendre trop de tâches et de ne pas déléguer suffisamment de travail aux autres. Cette situation crée le besoin de travailler de plus longues heures afin de répondre à la demande. Dans une étude de 2015 sur les équipes de travail (en anglais seulement), les chercheurs ont découvert que ceux qui en accomplissent toujours un peu plus font monter le rendement de leurs équipes, mais créent également une accoutumance qui force les autres à compter sur eux. Les autres employés les voient comme des personnes-ressources et ceux qui en font toujours plus ont donc encore plus de difficulté à dire non.

De retour sur la route

Les longs déplacements sont une autre source de stress menant à l’épuisement professionnel. Dans un récent sondage par Robert Half (en anglais seulement), une entreprise de recrutement a indiqué que 35 % des professionnels trouvent que leurs déplacements vers le travail sont stressants. Lorsqu’on multiplie toutes les heures de déplacement vers le travail et pour le retour à la maison par le nombre de jours de travail, il s’agit d’une très grande source d’aggravation. Travailler de la maison occasionnellement ou faire des journées de travail sans courriels pourrait éliminer de la pression.

Calendrier surchargé

Le calendrier de travail peut être notre ami — ou notre ennemi. Pour éviter de vous engager outre mesure, un examen régulier de votre calendrier vous aidera à constater le temps que certaines tâches peuvent prendre, y compris vous rendre au travail et les médias sociaux. Les codes de couleurs pour les rendez-vous vous aideront à constater en un coup d’œil le temps que vous consacrez aux activités les plus importantes. Le plus important est qu’un calendrier bien construit devrait également inclure du temps consacré à la relaxation, faire une marche ou juste respirer.

Rita Silvan, CIM, est auteure et rédactrice en finances personnelles et investissements. Elle est l’ancienne rédactrice en chef du magazine Elle Canada, une journaliste primée et une personnalité de la télé et des médias. Rita est rédactrice en chef de Golden Girl Finance (en anglais seulement), un magazine en ligne qui porte sur la réussite financière des femmes. Lorsqu'elle ne rédige pas de textes sur les finances, Rita explore les parcs de Toronto avec son caniche royal.

Rita Silvan est une porte-parole payée de Sonnet.

Vous cherchez une soumission d’assurance habitation et auto?