Comment rétablir votre relation avec l’argent

Nos parents nous laissent leur empreinte dès notre enfance. Nous observons, écoutons et absorbons leur relation par rapport à l’argent, qui est à la base de notre propre vision monétaire. Je ne vous apprends rien en disant que les femmes et les hommes sont socialisés de façon différente dans leur relation avec l’argent.

Des expressions comme « les hommes gagnent l’argent et les femmes la dépensent » sont nombreuses. Même le langage par rapport aux femmes et à l’argent est chargé. En 2018, une étude internationale a examiné 300 articles en finances et a trouvé que ceux ayant un auditoire féminin utilisaient des mots comme « extravagantes » et « dépensières avec un mauvais jugement »; et décrivent le monde financier comme un « champ de mines ». En revanche, les articles ayant un auditoire masculin faisaient un lien entre l’argent et la position sociale et l’achat de produits de luxe, par exemple des complets coûteux, comme des « investissements ». Ceci renforce les stéréotypes sexistes qui nuisent à l’atteinte du plein potentiel financier.1

En plus des obstacles structurels, tels que l’inégalité salariale et autres formes de discrimination de genre, il existe également des mentalités auto-imposées et limitées quant à l’argent. Heureusement, nous pouvons surmonter ces obstacles mentaux et émotionnels. Mais tout d’abord, nous devons les identifier :

Parlons argent

À la maison…

Les normes sociales renforcent l’idée que, dans les relations hétérosexuelles, les hommes devraient gagner plus d’argent que les femmes. Selon une étude du Bureau du recensement américain, les maris gonflent leur salaire tandis que les épouses diminuent leur revenu réel. Dans les relations où la femme gagne plus d’argent que l’homme, le couple est plus susceptible de se séparer.2

Il est courant que les femmes délèguent la prise de décision financière à leur époux. Une étude récente menée par UBS Global Wealth Management révèle que les jeunes femmes (âgées de 20 à 34 ans) et les femmes matures (âgées de 51 ans et plus) sont susceptibles de le faire.3 Dans un sondage Wells Fargo en 2014, 66 pour cent des femmes ont indiqué qu’elles n’ont jamais été éduquées par rapport au marché boursier.4

Les femmes ont tendance à faire passer les besoins de leur famille avant leurs propres besoins. Bien que ce soit noble, cela peut être autodestructeur de guider les femmes à manquer les promotions lucratives et de retarder les placements de retraite plutôt que de payer un prêt étudiant.5

État d’esprit : Prenez en charge votre bien-être financier en acquérant une littératie financière et en prenant part aux décisions financières importantes, au-delà du budget familial.


Au travail...

Une des sources clés de notre richesse est le capital humain. C’est notre capacité à convertir nos compétences et notre énergie en revenu.

Il a été observé que les hommes postulent un emploi s’ils répondent à 60 pour cent des qualifications, tandis que les femmes le font si elles y répondent à 100 pour cent. Ce manque de confiance relatif empêche les femmes de postuler à des emplois plus importants — et les organisations de bénéficier d’un bassin de talent plus élargi.6,7

Selon une étude du McKinsey Global Institute, plus de 12 trillions de dollars américains pourraient être ajoutés à l’économie mondiale d’ici 2025 simplement en faisant la promotion de l’égalité des femmes; et jusqu’à 28 trillions de dollars américains si les femmes atteignaient pleinement la parité.8

Les négociations salariales font partie intégrante de la vie professionnelle. Des études démontrent que les femmes ont tendance à manifester une volonté d’accepter un salaire inférieur.9 Bien que les deux sexes ne soient pas à l’aise de demander des augmentations salariales et des promotions, une étude menée par VISA auprès des milléniaux révèle que les femmes étaient deux fois plus mal à l’aise de demander une augmentation, mais autant que les hommes pour demander une promotion. Elles étaient également plus susceptibles d’égaler l’argent avec la sécurité, alors que les hommes étaient plus susceptibles de l’égaler avec la liberté.10 Les femmes ont tendance à internaliser la croyance que ce n’est pas féminin de mettre l’accent sur l’argent et que la seule la qualité de leur travail apporte une reconnaissance financière.11

Malheureusement, même si les femmes demandent des augmentations salariales, elles en obtiennent moins que les hommes. Une vaste étude auprès de 4 600 employés provenant de 800 milieux de travail différents, démontrent que les hommes et les femmes demandent aussi souvent des augmentations salariales. Les hommes étaient plus enclins à réussir et à obtenir une augmentation plus élevée (20 c. 15 pour cent).9

État d’esprit : Continuez de parfaire vos compétences monnayables. Croyez-en vous et négociez une reconnaissance financière.


Dans la vie...

Dans une étude sans précédent, des chercheurs des universités de Princeton et Harvard ont découvert que les gens qui se sentent insécures financièrement et pressés obtiennent de moins bons résultats lors de tests cognitifs. Parce que leur cerveau est en mode survie au quotidien, ils ont moins « d’amplitude cognitive » pour prendre des décisions stratégiques et entreprendre une planification à long terme.12

Bien que l’étude n’ait pas pris en considération le facteur du genre, les femmes ont indiqué être plus stressées financièrement que les hommes et elles jonglent avec le travail et les tâches ménagères les faisant sentir pressées. Il s’agit peut-être d’une des raisons pour laquelle les femmes sont plus susceptibles que les hommes de se tourner vers la thérapie du magasinage pour «régulariser l’humeur» et de se sentir plus coupable de faire des achats personnels.13

L’essentiel : Créez une « détente mentale », des pauses où vous pouvez passer en revue vos plus grands objectifs de vie et comment les atteindre.

Rita Silvan, CIM, est auteure et rédactrice en finances personnelles et investissements. Elle est l’ancienne rédactrice en chef du magazine Elle Canada, une journaliste primée et une personnalité de la télé et des médias. Rita est rédactrice en chef de Golden Girl Finance (en anglais seulment), un magazine en ligne qui porte sur la réussite financière des femmes. Lorsqu’elle ne rédige pas de textes sur les finances, Rita explore les parcs de Toronto avec son caniche royal.

Rita Silvan est une porte-parole payée pour Sonnet.

Notes de bas de page :
*Liens en anglais seulement
1. Media stereotype women in financial coverage, study finds
2. How Gender Dynamics Affect Your Financial Health
3. Women are more likely to leave financial planning to their spouses. Here’s why that’s a problem
4. Women and Wealth
5. Expert Interview with Kathleen Burns Kingsbury About Money Mindset and Women's Financial Needs for Mint
6. The Confidence Gap In Men And Women: Why It Matters And How To Overcome It
7. The Confidence Gap
8. How advancing women’s equality can add $12 trillion to global growth
9. Research: Women Ask for Raises as Often as Men, but Are Less Likely to Get Them
10. Money is Changing
11. Nice Girls Don’t Ask
12. Research: Women Ask for Raises as Often as Men, but Are Less Likely to Get Them
13. The psychology of scarcity
14. What does your attitude to money say about you?
Assurez-vous d’avoir la bonne assurance habitation et auto qui convient à vos besoins.