Protéger ses finances contre une éventuelle récession
Homme tenant une carte de crédit et un téléphone intelligent

L’année qui vient de se terminer a été éprouvante pour les Québécois sur le plan financier. En 2022, l’inflation a atteint son plus haut sommet en 40 ans. De plus, la Banque du Canada a fait grimper les taux d’intérêt. Personne ne s’est encore remis des problèmes liés aux pénuries dans la chaîne d’approvisionnement découlant de la pandémie de COVID-19, allant du Tylenol pour enfants au beurre. Alors, que faut-il faire en prévision d’une éventuelle récession?

Une petite préparation réfléchie peut vous épargner bien des soucis. Par exemple, à l’approche de l’hiver et des tempêtes de neige, c’est une bonne idée d’avoir au moins une pelle. Vous ne savez pas à quel point l’hiver sera rigoureux, mais vous serez prêt(e) et aurez le bon outil pour l’affronter.

Les conseils suivants vous permettront de mieux vous préparer à toute situation : d’une pleine récession à une très longue période de stress financier.

Évitez à tout prix les cartes de crédit et les prêts à taux d’intérêt élevé

Lorsque les taux d’intérêt augmentent, le coût d’emprunt augmente également. (À moins qu’il ne s’agisse d’un prêt sans intérêt, dans cas, tant mieux pour vous!) Les cartes de crédit et autres types de dettes de consommation à taux d’intérêt élevé deviennent encore plus coûteux dans un climat financier qui tend vers une récession. Leur utilisation ne peut qu’envenimer une situation financière déjà précaire, car des taux d’intérêt plus élevés font augmenter la portion des intérêts payés lors de vos versements mensuels, réduisant ainsi la portion de la dette remboursée, ce qui entraîne plus d’intérêts, et ainsi de suite. 

Évidemment, lorsque notre budget est serré, nous sommes tentés d’utiliser notre carte de crédit pour nous procurer des biens dont nous avons besoin (ou pas!). Bien entendu, nous avons tous déjà entendu le conseil « dépensez moins! » et, même si c’est plus facile à dire qu’à faire, ce conseil est tout à fait judicieux. Moins vous accumulez de dettes sur vos cartes de crédit lorsque les taux d’intérêt sont plus élevés, mieux vous vous porterez.

Si vous avez vraiment besoin de fonds (si c’est votre cas, bienvenue dans le club!), une simple carte de crédit à taux d’intérêt de 0 % ou une marge de crédit à faible taux d’intérêt constituent de meilleures options en ce moment. Bien entendu, vous n’accumulerez peut-être pas de points et ne recevrez peut-être pas de récompenses, mais ce n’est probablement pas le moment de vous soucier des surclassements à l’hôtel ou de tout autre avantage.

Une autre tactique consiste à consolider vos dettes actuelles à taux d’intérêt élevé sur une carte à taux inférieur acceptant les transferts de solde. Si vous n’effectuez que les paiements minimaux de vos cartes de crédit chaque mois, c’est un excellent moyen de conserver des économies dans votre compte et de réduire le montant des taux d’intérêt payé chaque mois. Évidemment, vous devez éviter d’utiliser le nouveau crédit pour dépenser plus et vous endetter davantage.

En cas d’urgence

Lorsque les marchés deviennent volatils, la prochaine étape devrait être de vous constituer un coussin de sécurité. Il ne s’agit pas de convertir tous vos placements en espèces (nous en reparlerons un peu plus loin). Cependant, vous voulez vous assurer de respecter l’une des principales règles d’une solide base financière : établir un fonds d’urgence.

En période de récession, un accès rapide à une bonne quantité d’argent liquide peut vous tirer de situations difficiles. En premier lieu, vous devriez conserver des économies pouvant couvrir six mois de frais de subsistance dans un compte d’épargne à intérêt élevé. Auparavant, cette règle générale était de trois mois, mais en période d’incertitude (comme une pandémie mondiale suivie d’une série de crises financières), vous devez plutôt prévoir des économies pour six mois. Si ce n’est pas possible en raison des prix qui montent en flèche et des revenus qui stagnent, la prochaine étape consiste à épargner le plus possible. Tout type de coussin financier vaut mieux que rien du tout.

Si vous disposez déjà d’un fonds d’urgence de six mois (bravo!), vous voudrez peut-être l’augmenter de quelques mois à titre préventif, mais évitez de conserver une trop grosse somme d’argent liquide. La monnaie perd toujours de la valeur avec le temps, en raison de l’inflation. Les creux du marché sont l’occasion idéale d’investir, si vous pouvez vous le permettre sans compromettre votre sécurité financière.

Ce qui monte doit redescendre — et remonter

Si vous pouvez vous le permettre, ne changez rien. Dans le monde des placements, il faut adopter une approche à long terme. Les professionnels de la finance tentent activement de synchroniser les marchés avec les placements (si c’est votre cas, nous vous souhaitons la meilleure des chances en cette période d’incertitude!), mais pour la plupart d’entre nous, la stratégie consiste à investir le plus possible, pendant aussi longtemps que possible. Au fil du temps, la magie des intérêts composés fera croître vos placements.

Vous vous demandez sûrement : « Et si mes placements perdent de la valeur pendant une récession? Je cherchais à faire croître mes placements, et non à perdre de l’argent? » Très bonne question. Bien qu’il soit vrai que la valeur du montant investi puisse parfois diminuer, si vous attendez un peu plus longtemps, le marché reprendra son cours presque inévitablement à la hausse et vos placements finiront par croître à nouveau.

Après chaque récession que nous avons connue au cours des 55 dernières années (et il y en a eu quatre importantes depuis 1976) une expansion économique a suivi et la croissance des placements a plus que compensé les pertes. Est-ce que cela se produira du jour au lendemain? Non. La situation finira-t-elle par s’améliorer? Oui.

Si vous avez du temps devant vous (p. ex., si vous envisagez de prendre votre retraite dans plus de sept ans), la meilleure stratégie est simplement d’attendre. Laissez vos placements actuels fructifier et attendez la reprise. Si vous pouvez vous permettre de continuer à investir, lorsque le marché est à la baisse, vous pourrez acheter plus pour moins cher. Bien que ces placements valent moins au départ, ils vaudront bien plus à l’avenir et vous les aurez payés moins cher. C’est le scénario d’investissement idéal.

Si vous avez moins de temps devant vous (p. ex., si vous envisagez de prendre votre retraite dans sept ans ou moins), vous devrez agir avec prudence. Nous ne savons pas combien de temps pourrait durer un ralentissement économique, et vous pourriez vous retrouver dans le pire des scénarios en voulant prendre votre retraite alors que vos placements sont à leur plus bas.

Restez aussi confiant(e) que possible

Lorsque les marchés se portent mal, vous pouvez choisir d’adopter une attitude positive et de poser des gestes qui vous aideront à long terme. Bien sûr, il existe de nombreuses raisons strictement financières pour lesquelles vous pourriez vouloir changer la façon dont vous gérez votre argent avant ou pendant une récession. Cependant, certaines personnes se laissent guider par la peur et prennent des décisions non réfléchies qui peuvent nuire à leur portefeuille.

●      Souvenez-vous de votre plan à long terme

Comme nous en avons discuté plus haut, le pays s’est relevé de toutes les récessions précédentes et en est ressorti plus fort. L’avenir peut paraître sombre au cœur d’une période d’incertitude financière, mais souvenez-vous que vous investissez à long terme et que la reprise peut prendre un certain temps à se faire sentir. N’oubliez pas qu’après chacune des crises financières du passé, il y a toujours eu une reprise économique.

●      Protégez-vous contre le pessimisme

Comme dans plusieurs sphères de la vie, plus nous sommes exposés à du négatif, notamment à des nouvelles financières négatives — qui se trouvent partout en ce moment — plus nous nous créons des angoisses inutiles.

Voici un conseil important qui favorisera une meilleure santé mentale : portez attention au temps que vous consacrez à lire sur l’économie et prenez conscience de ce que vous ressentez en lisant ces nouvelles. Vous sentez-vous tendu(e) physiquement ou stressé(e)? Si c’est le cas, fixez-vous une limite, réglez une minuterie sur votre téléphone et supprimez les applications ou les onglets de sites de nouvelles de votre navigateur afin de vous donner un peu de répit.

Planifiez un moment dans votre horaire (une fois par semaine ou deux fois par mois) pour vous tenir intentionnellement et consciemment au courant des nouvelles financières de manière plus proactive. Vous ne manquerez rien de si important, mais surtout, vous vous tiendrez loin de ce tourbillon de nouvelles négatives sur l’économie.

Si vous avez suivi certaines des étapes ci-dessus pour établir votre stratégie, comme éviter des dettes supplémentaires et définir clairement vos objectifs, vous avez fait tout ce que vous aviez à faire. Les marchés monteront ou descendront (et descendront encore plus, puis encore plus bas). Nous plongerons peut-être dans une récession profonde. Peu importe la situation, vous ne pouvez rien y faire. Ce que vous pouvez toutefois gérer, c’est votre propre situation financière et votre état d’esprit. Si vous avez fait le travail de préparation financière, félicitez-vous et installez-vous confortablement. Il y aura de la turbulence.

Jeremy Elder est un créateur de contenu et rédacteur avec plus de dix ans d’expérience à raconter des histoires pour certaines des plus grandes marques internationales. Il est réputé pour son expertise à trouver du WiFi où vous y attendez le moins.

Jeremy Elder est un porte-parole payé pour Sonnet.
Vous cherchez une soumission d’assurance habitation et auto?