Choisissez l’argent : Arguments en faveur de l’investissement dans des entreprises canadiennes versant des dividendes
Savez-vous ce qui me fait plaisir avec les dividendes? C’est de les voir entrer

- John D. Rockefeller1 (traduction libre)

Les investisseurs adorent les dividendes, mais espérons que ce n’est pas la seule chose qui leur fait plaisir, comme c’est le cas pour John Rockefeller, qui était l’homme le plus riche des temps modernes.

Néanmoins, il n’y a rien comme recevoir un chèque de dividendes pour vous faire sentir bien à propos d’un investissement. Il y a de bonnes raisons de posséder des actifs versant des dividendes (soit sous la forme d’actions dans des entreprises individuelles, de fonds communs ou de transferts électroniques de fonds), mais aussi de moins bonnes raisons. Après tout, aucun type d’investissement n'est une réussite assurée, sans quoi nous serions tous des Rockefeller.

Qu’est-ce qu’un dividende?

Lorsque vous achetez une action dans une entreprise cotée en bourse, vous achetez une partie proportionnelle de l’entreprise. Ceci vous donne le droit de participer à sa croissance. Les entreprises qui versent des dividendes envoient une partie de l’argent généré à leurs actionnaires, habituellement tous les trois mois. Ce que vous faites de cet argent vous appartient. Certaines entreprises paient parfois des dividendes spéciaux — un versement unique en plus de ce que vous recevez normalement — si elles nagent dans l’argent en raison de la vente d’une partie de l’entreprise ou ont gagné un règlement judiciaire2, par exemple.

En quoi les dividendes sont-ils extraordinaires?

Les entreprises versant des dividendes ont tendance à partager certaines caractéristiques intéressantes. En voici3 quelques-unes4 :

  • Elles sont généralement des entreprises prospères qui génèrent des flux de trésorerie positifs.
  • Elles sont généralement bien gérées et financièrement saines parce qu’elles savent que le marché (et les investisseurs) s’attend à ce qu’elles versent régulièrement des dividendes.
  • Elles sont souvent de grandes entreprises bien établies dans le milieu des télécommunications, des soins de santé, des biens de consommation courante, des services bancaires et des services publics. Celles-ci existent depuis longtemps et ont probablement un long avenir devant elles.
  • Le prix de leurs actions est plus stable que les entreprises à forte croissance.

    Pour ces raisons, investir dans plusieurs entreprises à dividendes élevées a historiquement été très rentable. Une étude de RBC Capital Market5 axée sur les retours sur une période de 30 ans, soit de 1986 à 2016, a démontré que les entreprises canadiennes qui versent des dividendes dépassent le rendement de celles qui ne le font pas par 8,6 % (9,9 % par rapport à 1,3 %).

    Les entreprises qui augmentent régulièrement leurs dividendes sont d’excellents moyens de contrer l’inflation. Même lors des périodes à faible taux d’intérêt, ces firmes pourraient augmenter leurs dividendes de deux chiffres. Combien de travailleurs reçoivent une augmentation de 15 % chaque année?

    Le régime fiscal canadien privilégie le revenu provenant de dividendes par rapport aux intérêts ou au revenu de salaire. Le crédit d’impôt pour dividendes signifie que les investisseurs qui reçoivent des dividendes d’entreprises admissibles recevront un crédit d’impôt non remboursable qui peut s’appliquer sur d’autres revenus imposables, ce qui réduira la facture d’impôts6.

    En plus des avantages financiers directs, l’investissement dans des entreprises versant des dividendes apporte un avantage psychologique. Même pendant les chutes du marché, il est beaucoup plus facile d’éviter de vendre en panique lorsque les chèques entrent. Ce revenu stable forme un tampon contre les manchettes et aide les investisseurs à garder le cap et à profiter du fait que, à long terme, le marché revient toujours à la hausse.

    Finalement, pour ceux qui réinvestissent leurs dividendes ou qui participent aux programmes d’entreprise nommés Plans de réinvestissement de dividendes, qui permet d’acheter automatiquement des actions supplémentaires au lieu de paiements en argent, des dividendes sont générés par-dessus des dividendes. Cet effet d’intérêts composés est très puissant à long terme.

    Cependant, les dividendes ont aussi un côté obscur

    Lorsque les taux d’intérêt et le rendement des obligations sont à un creux historique, les paiements relativement plus généreux des dividendes sont très tentants. En fait, les actions à dividendes plus élevées, provenant généralement des entreprises de télécommunication et les services publics, sont parfois nommées « obligations de pouvoir ». Cependant, détrompez-vous : les actions sont plus risquées que les obligations de qualité. Il n’y a aucune garantie qu’une entreprise ne réduira ni même cessera de verser des dividendes, et le prix des actions rebondit beaucoup plus, ce que certaines personnes pourraient trouver stressant.

    Lorsque les investisseurs font la « chasse au rendement » et se dépêchent d’acheter des actions à dividendes, le prix des actions augmente — parfois au-dessus de leur juste valeur. Surpayer un actif est un type de risque parce que cela diminue la probabilité de gains dans l’avenir.

    D’ailleurs, le prix des actions à dividendes est plus sensible aux taux d’intérêt que celles qui n’en versent pas. Voici la raison : Lorsque les taux d’intérêt sont bas, les investisseurs sont plus enclins à acheter des actions risquées afin d’obtenir un meilleur rendement. Cependant, comme les taux d’intérêt augmentent, les obligations et les autres formes de revenu fixe deviennent plus attirantes. Les investisseurs pourraient vendre les actions (causant la chute de leur prix) et les remplacer par des obligations plus sécuritaires.

    La diversification est le pilier de l’investissement sain. Si vous possédez uniquement des entreprises versant des dividendes, vous passez votre tour sur des industries à forte croissance, comme la haute technologie, qui ne paient généralement pas des dividendes, mais réinvestissent leurs gains dans leur entreprise par la recherche et le développement ou les acquisitions pour assurer leur croissance future.

    Bien qu’un rendement très élevé soit tentant, un investisseur astucieux doit déterminer si un tel montant élevé est durable. Certaines entreprises paient un taux effectif élevé parce que le prix de leurs actions a considérablement chuté. Il pourrait y avoir une bonne raison justifiant pourquoi le marché a attribué une faible valeur à une entreprise; cela peut signifier de faire preuve de prudence. De plus, une entreprise pourrait verser plus en dividendes que ce qu’elle reçoit de ses activités commerciales. Encore une fois, ceci pourrait être un signe que les dividendes lucratifs sont à risque d’être diminués ou éliminés.

    AEnfin, à moins que les dividendes soient reçus dans un compte à l’abri de l’impôt (REER) ou libre d’impôt (CELI), ils sont imposables — que vous les dépensiez ou les réinvestissiez. Dans certains cas, vous pourriez même être propulsé dans une tranche d’imposition plus élevée, surtout en raison de la façon dont le crédit d’impôt pour dividendes est calculé. Si vous recevez des prestations gouvernementales fondées sur vos moyens, comme la Sécurité de la vieillesse (SV), celles-ci pourraient être sujettes à des dispositions de récupération.

    Comme avec n’importe quoi, la clé, c’est l’équilibre. Les dividendes peuvent être une importante source de revenus, mais un portefeuille bien diversifié axé sur le rendement total, y compris les gains en capital et le revenu d’intérêts, est le choix prudent7 à long terme8.

    Rita Silvan, CIM, est auteure et rédactrice en finances personnelles et investissements. Elle est l’ancienne rédactrice en chef du magazine Elle Canada, une journaliste primée et une personnalité de la télé et des médias. Rita est rédactrice en chef de Golden Girl Finance (en anglais seulement), un magazine en ligne qui porte sur la réussite financière des femmes. Lorsqu'elle ne rédige pas de textes sur les finances, Rita explore les parcs de Toronto avec son caniche royal.

    Rita Silvan est une porte-parole payée de Sonnet.


    Sources (en anglais seulement)
    1 Dividends quotes
    2 he Beginner's Step-By-Step Overview of How Dividends Work
    3 Divident investing: A global equity prespective
    4 Ten reasons to love dividend investing
    5 The power of dividends – offering a winning strategy
    6 Taxation of Canadian Dividends and Dividend Tax Credits
    7 The Pros and Cons of Dividend Investing
    8 An analysis dividend-oriented equity strategies
    Assurez-vous d’être couvert(e) par le meilleur programme d’assurance pour votre maison et votre auto.