Mettez de l’ordre dans vos finances
« Établissez votre propre cote de crédit, indépendamment de qui que ce soit... »


Au cours de l’été 2001, je venais de signer une entente avec mon agent et j’étais en train d’acheter des pellicules Polaroid chez Loblaw’s pour mon premier contrat en tant que styliste vestimentaire. Ce fut un point tournant; j’avais vraiment un agent. J’ai donné ma carte Visa platine à la caissière pour payer mes 10 $ de pellicules. Elle a souri gentiment en me redonnant la carte et en me disant « transaction refusée ». Après un petit moment d’humiliation et de confusion, je lui ai remis une autre carte platine pour me faire dire de nouveau « désolée, la transaction est refusée ». Je lui ai donc donné ma carte Amex platine et cette fois, la caissière a gardé la carte.

J’ai senti une vague d’intuition menaçante. J’ai payé comptant avant de sortir rapidement du magasin. Une fois dans ma voiture, j’ai appelé mon conjoint de l’époque, appelons-le Dave, il me répond « je consolide des comptes, utilise ta carte de débit ». Son comportement avait toutefois changé au cours des derniers mois et je l’avais surpris à raconter une série de mensonges troublants. Il me mentait à ce moment précis.

Dave passait d’innombrables heures en ligne, à jouer à des jeux d’argent. Il m’avait dit que le montant d’argent dans le coin supérieur de l’écran d’ordinateur n’était pas réel et qu’il s’agissait simplement d’un résultat de jeu. De plus, Dave était un planificateur financier certifié, il s’occupait de toutes nos finances, effectuait des placements, avait acheté une assurance vie; j’étais heureuse qu’il gère nos finances.

J’ai appris au cours des jours qui ont suivi que ses jeux d’argent nous avaient engendré une dette de 180 000 $. La dette de carte de crédit reposait également sur mes épaules, car j’étais cotitulaire des cartes. Mon manque de responsabilité financière allait me coûter beaucoup plus que de l’argent.

Je n’aime pas donner des conseils, mais celui-ci est important à considérer. Établissez votre propre cote de crédit, indépendamment de qui que ce soit, car tous les achats effectués comme cotitulaire d’une carte de crédit (aussi appelé utilisateur autorisé) ne vous aideront pas à bâtir votre propre historique de crédit. Vous devriez peut-être aussi lire les petits caractères de votre entente de carte de crédit. Pour ma part, j’ai découvert que je n’avais pas le droit de faire de changements concernant la carte ni d’obtenir des renseignements concernant le titulaire principal, mais que j’étais légalement également responsable de payer les sommes dues.

Je vous rassure, le dénouement de cette tragédie prend une tournure des plus heureuses. En 2005, Dave a demandé le divorce, furieux que je le soupçonne d’entretenir une liaison. Il m’a également menacée de multiplier les répercussions juridiques si je songeais à prendre un avocat. Je voulais me sortir de cette relation, donc j’ai capitulé et renoncé à des milliers de dollars auxquels j’avais droit, par la loi.

Au cas où vous penseriez que j’ai commis une erreur, voici quelques statistiques qui font réfléchir sur le coût d’un divorce. Au Canada, le prix moyen d’un divorce est de 1 845 $ s’il n’est pas contesté et de 13 638 $ s’il est contesté. La facture moyenne d’un procès concernant le droit de la famille qui dure deux jours s’élève à 18 706 $ et s’il s’étire sur cinq jours, le montant à payer atteint 35 950 $, selon les données du Ministère de la Justice du Canada. Et ce mythe voulant que le juge accorde un plus gros montant à une personne parce que son conjoint avait un mauvais comportement, c’est faux. Les tribunaux et les juges ne jouent pas les arbitres de la morale dans le cadre des processus de divorce et les règlements « sans égard à la faute » ont cours au Canada depuis 1986.

Dans les mois qui ont suivi notre divorce, Dave s’est marié avec une femme dix ans plus jeune que lui, avec qui il travaillait depuis un certain temps. Appelons-la Sarah. Éventuellement, cette jeune femme a contribué au dénouement heureux de mon histoire. Le destin a fait en sorte qu’en l’espace d’une décennie, nous sommes devenues amies.

Sarah et Dave ont éventuellement divorcé; elle a découvert qu’il avait accumulé une marge de crédit conjointe de 170 000 $. Elle a confié qu’un casino de la région avait envoyé du matériel de marketing chez elle pendant des mois. Dave a nié avoir un problème et Sarah était devenue sa nouvelle ennemie. Comme Sarah et moi avions en quelque sorte vécu des vies parallèles, notre empathie, notre compréhension et nos validations de nos expériences mutuelles ont aidé notre processus de guérison.

Une des nombreuses leçons que j’ai apprises de cette expérience est d’être l’ami de votre argent et de surveiller ses allées et venues. Sonnet Assurance vous facilite la tâche. Maintenir les dépenses de la maison en ordre est essentiel pour ma tranquillité d’esprit et le questionnaire en ligne de Sonnet est si simple que vous pouvez obtenir une soumission d’assurance en quelques minutes.

En plus de modifier ma façon de gérer les aspects pratiques de la vie, j’ai pris d’autres décisions qui ont changé ma vie en cours de route. J’ai épousé l’amour de ma vie et nous avons une fillette de neuf ans qui déborde d’énergie. Ma famille ainsi que mes amis m’aiment et me soutiennent, ma richesse est impondérable.

Si vous (ou une personne de votre entourage) semblez avoir un problème de jeu compulsif, ou si le jeu nuit à votre famille, vous pouvez obtenir de l’aide. Pour de l’aide immédiate, appelez JEU : aide et référence au 1 800 461-0141 (au Québec) ou le centre CAMH au 1 866 531-2600 (en Ontario).

La Torontoise quadragénaire Lindley Rae est pigiste, épouse et maman. Elle carbure au café américano et aux explosions de créativité.

Lindley Rae est une porte-parole payée pour Sonnet.
Vous cherchez une soumission d’assurance habitation et auto?